Edito Dec 2020

CAP 21 Quoique vous puissiez penser, aussi fou que mes propos puissent paraître, ce fut pour le journal Le Chat Noir et son Administration une très belle année, car une année de plus. Et quitte à se lancer dans une aventure aussi belle qu’un journal libre et indépendant, un journal journal libre et indépendant papier, un journal libre et indépendant très beau papier, autant que ce soit avec panache. Alors, comme si l’état agonisant de la presse ne suffisait pas, ravagée par le numérique moins cher que gratuit, pour notre deuxième année de cette nouvelle édition eh bien… un pangolin tiens ! Ils auront tout essayé, la nature a beau s’en mêler, Le Chat Noir est bel et bien vivant et il entend miauler au dessus des marées et de ses vents. Fière Administration du Chat Noir qui vogue et avale les vagues front devant. Bille en tête. Faite de chair et de sang contrairement à ce qu’affirment les légendes, son équipe n’a eu de cesse que de défier les tempêtes afin de vous livrer ces 28 numéros en un peu plus de deux ans. Imaginez ce que c’est : 28 000 Chats Noirs qui naviguent actuellement sur le territoire sans masque ni attestation. Ils sont arrivés jusqu’à vous, grâce à vous. Mais nous y reviendrons plus tard, à vous. Parce que nous… vous allez voir. Plus de deux ans maintenant, lisiez-vous, que ce journal miaule ce qu’il veut comme il le veut. Il va où il veut, parfois pas très bien orienté mais toujours guidé par une intime conviction : on a raison. Où qu’elle aille cette magnifique embarcation navigue à vue en sachant pertinemment où elle va. Et ça marche. Quoiqu’il se passe, quelle que soit la taille de la vague le Chat Noir ne prend pas l’eau. Il sait l’éviter comme une mauvaise blague et n’use pas de seau. Car en réalité, et c’est là tout le secret, Le Chat Noir ne touche pas l’eau. Mais nous n’en savions rien au début, les yeux rivés sur les horizons de nos impressions. Quand un jour, approchant le port de Pigalle nous vîmes une foule immense rassemblée pour nous saluer, c’est en tout cas ce qu’il nous semblait. Car en fait celles et ceux que la foule acclamait étaient en réalité nos lecteurs et nos lectrices que vous venez de rejoindre, aidant à votre tour à nous porter. Vous là maintenant. Oui oui, je vous parle. C’est à vous que nous devons ces lignes et coups de pinceau, ces années de liberté à naviguer où bon nous semble. À vous lecteurs hasardeux, à vous abonnée qui nous remercie à chaque nouvelle arrivée, à vous qui connaissiez sans avoir jamais lu et qui allez maintenant vous abonner… J’attends. Si ce n’est pas fait vous savez désormais à quel point vous n’aimez pas la liberté, alors qu’attendez-vous, soyez Chat Noir, embarquez-vous ! Aux autres déjà à bord, les gens bien, nous pouvons maintenant vous annoncer une très bonne nouvelle pour l’année prochaine. Dernier rappel pour celles et ceux qui n’ont pas encore fait leur chèque ou virement, dernière chance ici et très prochainement… Si vous soutenez vraiment la presse indépendante, la liberté d’expression vous savez, il suffit de l’acheter. Évitez-vous de vous cailler le cul à vous faire gazer par la police, l’Administration du Chat Noir s’occupe de tout… Car l’année prochaine ce sont les 140 ans du Chat Noir. On vous prépare donc, pour janvier une belle occasion pour vous d’embarquer. Une fois au port venez nous rejoindre car Le Chat Noir va lancer sa Grande Campagne d’Abonnement ! Au départ de janvier mettons cap sur cette nouvelle année ! Alors non, l’année prochaine, on ne vous la souhaite pas vraiment bonne, non. On vous la promet !

Romain Nouat.

#JournalLeChatNoir