Le Royaume des Nocs

Le Royaume des Nocs.

Il était une fois le Royaume des Nocs. Un Royaume oublié situé loin, très loin de toute civilisation et qui se cachait du monde. Les Nocs avaient vécu paisiblement à l’abri des tourments extérieurs et pourtant, ils n’en savaient rien. Les Nocs ignoraient tout du monde extérieur. Ils se contentaient de faire ce qu’ils savaient faire de mieux : être des Nocs.

Et ils s’en sortaient très bien ! Chez les Nocs aucune règle n’était plus idiote que l’autre, aucune loi n’avait de règle et aucune loi n’avait de sens. C’est pourquoi, quand un problème se posait, tout le monde se tournait vers le Roi des Nocs. Élu sans aucune formalité, choisi parmi les siens, le Roi des Nocs avait pour seule fonction de donner son avis et cet avis faisait loi. La plupart du temps le Roi dormait dehors, dans les rues de la cité des Nocs et on venait le réveiller lorsqu’un problème divisait la population ou lorsque quelqu’un se posait une question. Si le Roi ne répondait pas on en choisissait un nouveau dans le tas. Et c’est précisément ce qui était arrivé ce jour-là…

Dans le tas se trouvait une Noc. Elle était tout aussi Noc que les autres mais lorsque le Roi ne répondit pas c’est sur elle que le sort tomba. La nouvelle Reine des Nocs avait, malgré sa condition de Noc, remarqué une chose : tant qu’elle parlait, on l’écoutait. Elle se mit donc à parler et à donner son avis sur tous les sujets possibles. Elle passait ses journées sur les plateaux télé à parler de tout et de rien, parfois même de la pluie et du beau temps…

Et le temps passait. Et, plus il passait, plus le peuple Noc se lassait. En effet, on ne trouvait plus personne pour poser une question tant la Reine des Nocs avait abordé tous les sujets imaginables pour les Nocs, plongeant ses sujets dans un ennui profond… Malheureusement, le peuple des Nocs n’était pas mieux qu’un autre et il ne put résister à l’envie de fuir cet ennui : il lui fallait du conflit !

La Reine, qui s’était bien débrouillée et dormait à l’hôtel, fut donc réveillée, un matin de mai, car une requête importante était à l’entrée. Un Noc avait une question. La Reine eut peu de temps pour reprendre ses esprits et consulter sa mémoire. Qu’elle pouvait donc bien être cette question jamais posée et qu’elle aurait oublié ?

Dans la Salle du Trône, les toilettes mixtes de l’hôtel, les Nocs s’étaient rassemblés et pas un ni une ne manquait. L’assemblée s’écarta sur le passage de la Reine et elle finissait de s’asseoir sur son trône quand la salle murmura : “C’est lui, il vient nous sauver !”

“Avance toi et pose ta question” dit la Reine.

Le Noc s’avança, bombant le torse. C’était un Noc littérateur, connu pour écrire des livres de science fiction qui mettaient souvent en scène un monde apocalyptique où les gens de tous les pays se tapaient dessus. Les ventes de ses livres n’étaient pas géniales. Le silence pesait sur toute la salle, la Reine regardait droit dans les yeux celui qui venait le défier.

“Que savez-vous de celles et ceux que vous ne connaissez pas ?” dit-il.

La Reine sourit et dit : “Voulez-vous en débattre ?”

Le Noc lui répondit par un sourire complice car ils s’étaient, tous les deux bel et bien compris. Il s’avança et s’assit sur le trône d’en face que lui désigna la Reine.

C’est ainsi que la paix revint chez les Nocs car ils avaient maintenant un spectacle qui ne prendrait jamais fin ou seulement s’ils le décidaient.

Le Noc a, depuis, bien vendu et la Reine, elle, dort toujours à l’hôtel.

#JournalLeChatNoir #lescons

Posts similaires

Voir tout

Par Christophe Arnaud - Fraîcheur de vivre ! Gontran de Marquette et Jérôme Larriviste se firent annoncer dans le bureau climatisé de Madame la maire du 18e. Evelyn Novlang, la dircom présenta les de

Par Christophe Arnaud La vie, la vraie ! Lecteur assidu, voici la suite des péripéties d’un activiste de la comm’ à la petite semaine, j’ai nommé : Gontran de Marquette. Arriva ce qui devait arriver,