Un ticket pour Limoges


Un des phénomènes les plus révoltants de ces récentes années est la démagnétisation des tickets de transports en commun. Si je vous apprends quelque chose, sachez que le champ électrique créé par la batterie de votre téléphone portable déprogramme la petite bande magnétique de votre ticket de transport et le rend invalide. Je ne compte plus les fois où j’ai été obligé de racheter le même ticket sur la ligne 13 qui fait Saint Junien – Limoges en passant par Saint Victurnien, Sainte Marie de Vaux, Veyrac pour atteindre les Bénédictins, la gare routière de Limoges. Quand je me rends à Limoges, j’aime m’y rendre tôt, c’est pourquoi je voyage avec les scolaires dans le car de 7h.


Aujourd’hui, mercredi, j’ai rendez-vous avec mon avocat, Maître Cochard, car mon voisin accuse le plan de tulipes que j’ai planté l’année dernière de s’étendre sur son terrain. Un procès remporté d’avance me dit-il. Alors que je monte à 7h04 dans le car, je me vois refuser mon ticket par le chauffeur: non valide ! Je repasse le ticket une dizaine de fois, rien n’y fait, je n’en reviens toujours pas. Si les élèves de cinquième B du collège Anatole France n’avaient pas un contrôle de SVT à 8h, j’aurais bien continué mes tentatives jusqu’à ce que la machine me cède. Je me suis retrouvé à racheter le même billet que la veille.


Cette injustice me garda en rage jusqu’à la noisette du midi. Je n’hésitai pas à aller ensuite au guichet pour réclamer mon remboursement de la part de la société de transports de Nouvelle Aquitaine. La personne me conseilla de faire un e-mail précisant la ligne et l’heure de l’incident.

J’en fis part à Maître Cochard, qui me dit qu’il n’y avait aucune garantie de gagner une telle affaire en première instance. En qualité d’avocat, il me conseilla de ne pas mettre mon portable dans la même poche que mon ticket de car. “Tu n’as pas deux poches pour rien.” me dit-il. C’est vrai que je délaisse trop souvent ma poche gauche, étant moi-même un droitier de naissance. Brillant conseil qu’il refusa de me facturer comme petit geste commercial.


Je me rendis ensuite chez mon chausseur préféré, Monsieur Choisot, le seul à encore vendre les fameux mocassins du Limousin faits à la main. Lui aussi a doublé son budget transport à cause de tous ces tickets invalides: « - J’ai déjà envoyé plusieurs lettres en recommandé au ministère des transports et de l’industrie, pour dénoncer ce fléau qui creuse le porte-monnaie de millions de français. - Qu’est ce qu’on peut y faire ? demandais-je.

Il rapprocha son visage pour faire de moi son confident, lui dont je ne connaissais même pas le nom de baptême: - Figurez-vous que j’ai été frappé par une colonie de champignons plantaires il y a de ça deux ans. Les médecins que j’ai consultés se sont tous avérés impuissants devant ma voûte. J’ai donc décidé d’aller voir un magnétiseur. - Il a guéri vos champignons ? - Non j’en ai toujours autant mais il a remagnétisé tous mes tickets de car, si bien que je n’ai plus besoin d’en racheter. - C’est incroyable ! Quel talent ! Comment fait-il ? - Je ne sais pas vraiment, ce que je peux vous dire c’est qu’il frôle avec ses doigts la bande magnétique du ticket, il récite des paroles en patois et comme par magie le billet redevient valide. - Il faut que vous me donniez son numéro ! - Avec plaisir mais gardez en tête qu’il ne fait que les lignes de car du Grand Ouest, n’allez pas lui refourguer vos vieux tickets de la RATP il le prendrait mal. »



#spécialété